Craintes et inquiétudes au sein du GASP

SOCIÉTÉ.  En cette journée mondiale de la justice sociale, le Groupe Actions Solutions Pauvreté (GASP) de la Haute-Yamaska souhaite sensibiliser la population de la Haute-Yamaska aux inégalités sociales qui sévissent dans la région.

«Il y a encore beaucoup de travail sur la table afin d'éviter la croissance des inégalités sociales», dit d'emblée le coordonnateur au GASP, Nicolas Luppens, en conférence de presse, aujourd'hui, devant plusieurs acteurs du milieu.

Selon lui, le paysage de la pauvreté au Québec, et en Haute-Yamaska, ne s'améliore pas.

«Bien qu'il y ait eu certaines avancées, notamment sur le plan des politiques familiales, nous observons une tendance à l'appauvrissement de la classe moyenne et des moins nantis, et ce, malgré l'adoption en 2002 de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale», affirme-t-il. 

Force est de constater que la pauvreté touche de plus en plus monsieur et madame tout le monde, déplore Nicolas Luppens.

En Haute-Yamaska, 10 500 personnes ont connu une situation de pauvreté dans la dernière année. Le Partage Notre-Dame a connu une augmentation de la clientèle de 15% entre l'automne 2013 et mars 2014. Chez SOS Dépannage, les demandes d'aide alimentaire ont grimpé de 50% dans les trois dernières années.

Craintes et incohérences

Pour LIRE la suite de l'article, Granby Express